Viols : selon la police slovaque, les femmes ne devraient pas «  provoquer  » les hommes

Parmi les personnes interrogées, une sur cinq cite le manque de confiance dans l'action de la police comme raison de ne pas parler. Il s'agit du ratio le plus élevé de toute l'Union européenne. [Karolis Kavolelis/Shutterstock]

Les femmes doivent éviter les endroits sombres après le coucher du soleil et les fêtes où l’on consomme de l’alcool ou des drogues, car ils peuvent «  susciter des comportements violents  », selon les recommandations de la police slovaque pour la prévention du viol publiées sur son site officiel. Les femmes ne doivent pas non plus «  donner des signaux sexuels contradictoires et provoquer inutilement  ».

Contacté par EURACTIV Slovaquie sur ce que sont les « signaux sexuels ambigus », le parte-parole a répondu que « ce terme peut être compris comme le comportement d’une victime potentielle, que l’agresseur potentiel peut expliquer de différentes manières, comme le flirt, le sourire, le clignement des yeux, etc. ».

« Les conseils recommandés par la police sur son site web fonctionnent avec la notion stéréotypée, selon laquelle le viol est commis par un voyou inconnu caché dans les buissons », a déclaré Johanna Nejedlová, de l’organisation tchèque à but non lucratif, Konsent.

Zuzana Očenášová du Centre de coordination et de méthodologie pour la prévention de la violence à l’égard des femmes (KMC) a confirmé que la plupart des violences subies par les femmes sont perpétrées par leur partenaire ou des personnes qu’elles connaissent. Une enquête représentative du KMC a montré que dans 12% des cas seulement, les femmes ne connaissaient pas l’auteur des violences.

Mme Očenášová a ajouté que la police transfère la responsabilité aux femmes et remet finalement en question la violence elle-même et ses victimes. Elle contribue également au nombre de femmes qui décident de ne pas signaler les violences dont elles sont victimes.

Parmi les personnes interrogées, une sur cinq cite le manque de confiance dans l’action de la police comme raison de ne pas parler. Il s’agit du ratio le plus élevé de toute l’Union européenne.

La Turquie quitte officiellement un traité protégeant les femmes

La Turquie a officiellement quitté jeudi (1er juillet) un traité international visant à lutter contre les violences faites aux femmes, une décision du président Recep Tayyip Erdogan qui a donné lieu à des manifestations.

Subscribe to our newsletters

Subscribe