Participation et inclusion, clés des sociétés fortes

DISCLAIMER: All opinions in this column reflect the views of the author(s), not of EURACTIV.COM Ltd.

Ahmed Aboutaleb [Eurocities/Flickr]

Pour le maire de Rotterdam, il est essentiel d’assurer la participation et l’inclusion sociales, qui sont « les clés pour réaliser nos ambitions sociales et créer des sociétés fortes ».

Ahmed Aboutaleb est maire de Rotterdam (Pays-Bas) et membre du Comité exécutif du Forum européen pour la sécurité urbaine (Efus).

Ces dernières années l’Europe a connu une série d’attentats qui ont provoqué une certaine inquiétude chez les Européens. Si ces attaques sont terribles, la proportion d’actes terroristes au sein de l’UE reste faible comparée au reste du monde. Ainsi, l’Europe est aujourd’hui plus sûre qu’il y a 50 ans et elle affiche un niveau de sécurité parmi les plus élevés au monde. Par ailleurs, nous assistons à des efforts plus importants, plus soutenus et mieux coordonnés pour préserver la sécurité en Europe.

Les villes sont les moteurs sociaux et économiques de l’Europe. Elles sont aussi des experts pragmatiques en matière de sûreté et de sécurité. Nous ne pourrons continuer à jouer ce rôle fondamental que si nous nous écoutons les uns les autres et que nous nous accordons. Le Forum européen pour la sécurité urbaine (Efus, selon l’acronyme anglais) donne justement une voix à toutes les villes européennes qui travaillent ensemble sur les questions de sûreté et de sécurité.

Depuis dix ans, Rotterdam travaille avec le Forum européen pour la sécurité urbaine (Efus, selon l’acronyme anglais) et ses 250 villes et régions membres sur un grand nombre de thématiques de sûreté et de sécurité, comme la consommation d’alcool responsable dans les lieux de vie nocturne, les audits, les migrations, le contre-terrorisme, l’extrémisme violent ou encore la criminalité organisée. Tous ces projets ont comme base commune de ne pas être focalisés sur la répression mais de privilégier le développement et, ce qui est plus important, la prévention, alliant ces trois éléments au sein d’une approche globale pour la sûreté et la sécurité de nos villes.

Nous avons eu le plaisir d’accueillir la conférence finale d’un projet mené par l’Efus sur la vidéosurveillance en 2010, de collaborer avec l’Efus à la conférence « Policing Global Cities » en 2015 à Rotterdam, et d’être les hôtes de l’ « Alliance des maires européens contre l’extrémisme violent », en 2016, ainsi que de la conférence du projet « Méthodes et outils pour une approche stratégique de la sécurité urbaine » la même année.

L’histoire de Rotterdam n’est pas unique. Chaque ville en Europe et ailleurs dans le monde cherche les moyens d’améliorer la sûreté sociale et la sécurité. Le monde change rapidement et les événements politiques et sociaux ont un impact important sur la vie quotidienne de nos concitoyens, notamment avec l’émergence d’une nouvelle économie et d’internet. Dans les 30 prochaines années, nous assisterons à une croissance importante de la technologie et à de profonds changements démographiques. De plus, il y aura des besoins accrus en matière d’éducation.  Mais le défi le plus important pour les années à venir est peut-être celui de garantir la sécurité et la prospérité de nos villes. Comment pouvons-nous mieux guider le processus de cohésion sociale comme instrument de sécurité et d’ordre public ?

Les maires des villes européennes devraient travailler ensemble pour exiger de Bruxelles qu’elle prête attention à ce processus. Les villes sont des vecteurs d’émancipation mais en général, elles doivent payer un prix pour l’expansion européenne. Je soutiens une Europe forte mais en même temps, je crois qu’il faut donner la parole à ceux qui n’ont pas les moyens de se faire entendre. Il ne faut pas que les problèmes européens deviennent la responsabilité des villes seules. Cette responsabilité doit être partagée avec Bruxelles.

Nous avons profondément besoin d’un esprit de communauté. Les gens veulent échanger et participer aux décisions qui concernent leur environnement de vie. En tant que gouvernements locaux, il est vital que nous leur permettions de prendre leurs responsabilités et nous ne devons pas ignorer ce qu’ils expriment au sujet des grands changements sociaux à l’œuvre dans leur quartier.

Nous ne voulons pas que nos villes soient prises en otage par les récents incidents qui ont eu lieu dans le monde. C’est pourquoi j’ai engagé un dialogue avec les citoyens de Rotterdam. De plus, j’ai demandé à la police de Rotterdam de conduire une évaluation du risque pour les prochaines années, qui permettra à la ville de prendre des mesures préventives.

Les récents attentats terroristes en Europe démontrent la nécessité de prendre des mesures appropriées. Pour cela, nous avons créé un modèle de mesures de protection adaptées, comme par exemple l’usage de mobilier urbain renforcé pour protéger les boulevards et les lieux de vie nocturne.

Je ne peux insister suffisamment sur l’importance de l’innovation sociale. Elle est particulièrement nécessaire à un moment où nous récupérons la confiance dans nos institutions démocratiques en répondant pleinement aux besoins et aux aspirations des citoyens. De plus, en cherchant des réponses à l’échelon des communautés locales et en capitalisant sur l’énergie et le désir de changer les choses et sur la connaissance des besoins réels des citoyens, sur le terrain, nous serons mieux à même d’élaborer des réponses réalistes et efficaces aux défis sociaux. Investir dans les communautés locales permet aussi d’apporter une stabilité dans les quartiers, ce qui aura un effet positif sur la perception de la sécurité.

La participation et l’inclusion sociales doivent être les clés pour réaliser nos ambitions sociales et créer des sociétés fortes. En offrant de l’éducation, de l’inspiration et des opportunités, mon ambition est de donner aux citoyens les moyens de réaliser pleinement leur potentiel et d’utiliser et de développer au maximum leurs compétences, avec pour objectif l’autonomie économique. Et cela, dans une ville ouverte, libre, sûre et vitale, tout en maintenant la croissance économique, la prospérité et le bien-être.

Pour des villes plus fortes et plus novatrices

La maire de Barcelone appelle à l’augmentation des ressources des villes, afin qu’elles puissent mieux réagir aux menaces et défis actuels de sécurité.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe