ETNO : la Commission est la « majorette » des réseaux NGN [FR]

network_cables__ISP.jpg

La Commission européenne joue le rôle d’une « majorette » auprès des réseaux de nouvelle génération (NGN), reportant leur déploiement et proposant des baisses des taux de terminaison mobiles qui vont probablement affecter le secteur des télécommunications. C’est ce qu’a confié Michael Bartholomew, directeur de l’association qui regroupe les principaux opérateurs européens (ETNO), à EURACTIV au cours d’un entretien.

Alors que les institutions européennes entrent éventuellement dans l’éventuelle phase finale de longues négociations visant à réviser les règles relatives au secteur européens de télécommunications, les principaux opérateurs font pression en faveur de mesures spécifiques destinées à favoriser l’investissement dans les réseaux de fibres optiques, appelés réseaux NGN, qui doivent permettre l’accès ultrarapide à l’Internet et une série de nouveaux services basés sur Internet. 

« Nous ne demandons pas de financement, mais simplement des règles qui procurent la sécurité juridique à partir de laquelle les NGN pourront prospérer a déclaré M. Bartholomew à EURACTIV. Celui-ci presse les négociateurs de parvenir à un accord sur la question ou de reprendre les discussions avec la nouvelle Commission et le nouveau Parlement. 

Le Parlement européen doit se prononcer sur le paquet télécoms en avril, et le Conseil devrait adopter les nouvelles règles au cours d’une réunion des ministres nationaux en charge des Télécommunications en juin, à la fin de l’actuelle présidence tchèque de l’UE. les négociations avec les trois institutions impliquées (Parlement, Conseil et Commission) sont en cours, bien que leurs positions demeurent fort éloignées.

A propos des NGN, le Parlement a introduit une série d’amendements visant à clarifier le cadre juridique des incitations à l’investissement dans la fibre (EURACTIV 25/09/08). le vote a été apprécié des principaux opérateurs de télécommunications, représentés par l’ETNO, mais n’a pas réussi à fédérer le même soutien de la part des opérateurs nouveaux entrants, comme Tiscali ou Télé2. Le Conseil n’a pas approuvé l’approche détaillée de l’assemblée européenne (EURACTIV 28/11/08). 

La Commission s’est jusqu’à présent montrée prudente envers les NGN, privilégiant à la place l’achèvement de la couverture Internet paneuropéenne. De nombreux foyers, notamment dans les zones rurales, n’ont toujours pas de connexion basique à Internet. Les dispositions détaillées relatives à la manière d’encourager l’investissement dans les NGN manquaient ainsi à la proposition originale de Bruxelles, qui visait à régler le problème via une recommandation devant être adoptée plus tard cette année (EURACTIV 19/09/08). 

Afin de lancer les investissements dans la fibre optique, la Commission cherche de nouvelles ressources. Entre autres idées, Bruxelles relie la baisse des taux de terminaison mobiles (une source clé de revenus pour les grandes entreprises de télécommunication) aux nouveaux investissements dans les NGN (EURACTIV 04/02/09). Mais M. Bartholomew a exclu cette idée, qu’il considère comme « folle » et qu’il décrit comme de la « pure ingénierie économique », aux conséquences dangereuses pour le secteur. 

Pour lire l’entretien dans son intégralité, cliquez ici

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.