La Commission s’apprête à investir davantage dans la communication en ligne [FR]

laptop_ongrass_isp_P_Losevs.jpg

La Commission européenne va franchir une nouvelle étape dans le monde du Web 2.0 en permettant aux utilisateurs de charger ses pages Internet et en réaffectant progressivement une partie des dépenses destinées aux publications hors ligne aux publications en ligne, d’après un projet de stratégie européenne pour la communication sur Internet, consulté par EURACTIV. Ce plan sera publié dans les prochaines semaines.

L’été dernier, la Commission a fait un premier pas significatif hors du monde clos de ses sites Internet officiels en créant sa propre chaîne sur YouTube, le célèbre site de partage de vidéo. En moins de trois mois, EUtube  a reçu plus d’un million de visites

La nouvelle stratégie de la Commission reconnaît le potentiel considérable de l’Internet pour l’aider à mieux comprendre ses citoyens et, inversement, leur permettre de mieux comprendre l’Europe. D’après le projet, l’Internet s’apprête à devenir un moyen rentable de plus en plus important pour communiquer avec les citoyens à travers l’Europe et même au-delà, particulièrement avec des groupes cibles précis. 

Le document reconnaît ensuite les faibles résultats des institutions européennes à ce jour dans la concurrence acharnée pour attirer l’attention en ligne. Même si le portail officiel de l’UE Europa  contient plus de six millions de documents et reçoit 500 000 visites chaque jour, la Commission admet dans le document que le site Europa n’est pas encore suffisamment connu de la majorité des citoyens européens. 
Pour pallier ces défaillances, le document suggère de renforcer le rôle interactif des institutions européennes sur le web. Le renouvellement, début 2008, du Forum de discussion européen, qui n’a jusqu’à présent rencontré le succès escompté (moins de 750 contributions de la part des citoyens en quasiment deux ans de débat), vise cet objectif. 
Le nouveau mot clé est « interactivité ». D’après le document, ce concept sera mis en oeuvre grâce à l’implication régulière des commissaires et des hauts fonctionnaires de la Commission, pour le moment absents des débats sur ce site web. 

En outre, la Commission va lancer des projets pilotes début 2008 pour tester les nouvelles applications interactives de ses sites officiels. Cela impliquera l’utilisation de ce que l’on appelle des wikis, la rédaction d’articles en commun par un grand nombre de volontaires, rendu célèbre par l’encyclopédie libre en ligne Wikipédia. Les citoyens seront par conséquent autorisés à charger le contenu de certains sites officiels européens. 

Dans le cadre de la nouvelle stratégie européenne, le rôle des utilisateurs sera également renforcé en leur donnant la possibilité de noter les sites web, notamment sur des critères comme la lisibilité et l’absence de jargon.

Pour améliorer la visibilité en ligne de la Commission au-delà des frontières de ses sites officiels, le projet encourage les responsables de l’UE à contribuer davantage aux débats publics. La récente modification des règles et des procédures de la Commission pour autoriser son personnel à s’exprimer en public sur les sujets professionnels va être étendue à la participation aux blogs et aux débats en ligne. 

Toutes ces initiatives demandent davantage de ressources pour la communication en ligne. Les dépenses sur les publications hors ligne diminuent, même si elles restent les principales dépenses de nombreuses Directions générales (DG). Les dépenses pour la communication sur Internet restent modestes, mais sont en augmentation ces dernières années. Selon le projet, les DG doivent continuer à encourager ce transfert dans les ressources de communication sur l’Internet.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer