Bruxelles remet les tabloïdes britanniques à leur place

L’UE a houspillé la presse tabloïde britannique, qui a prétendu à tort que Bruxelles exigeait que son drapeau apparaisse lors des événements sportifs et sur les t-shirts des sportifs.

Le Parlement européen a démenti les affirmations du Daily Mail et du Daily Express du week-end passé, selon lesquelles Bruxelles voulait rendre le drapeau européen obligatoire lors des évènements sportifs et sur les tenues des équipes.

Faisant référence à un rapport adopté par le Parlement le 2 février, que le Daily Mail qualifie de « plan audacieux », les deux journaux ont rapporté que les équipes nationales participant à des évènements internationaux, comme la Coupe du monde de football ou les Jeux olympiques, allaient devoir afficher de manière évidente les symboles de l’UE.

Photoshop

Ils ont même été jusqu’à photoshopper une photo du footballeur anglais Wayne Rooney en entourant les trois lions symboles de son équipe des douze étoiles de l’UE sur son maillot.

Deux articles rapidement discrédités par des eurodéputés qui ont souligné que le rapport en question était non contraignant et que l’Union européenne n’avait même pas le pouvoir de légiférer sur la politique en matière de sport.

En réalité, le rapport disait simplement que l’UE encourageait « les comités olympiques nationaux et les fédérations sportives des États membres à adopter et utiliser le drapeau et symbole européen, aux côtés des drapeaux et symboles nationaux, lors d’événements sportifs internationaux ».

>> Lire : Les drapeaux européens, toute une histoire

Dans un article publié sur le site de son bureau d’information britannique, le Parlement recommande d’un ton sec aux médias de « se concentrer, d’écarter les rumeurs et de s’en tenir aux faits la prochaine fois ».

Le traité de Lisbonne, qui est entré en vigueur fin 2009, octroie à l’UE une « compétence d’appui », ce qui signifie que les mesures non contraignantes ne font pas partie de son mandat et qu’il s’agit d’un domaine pour lequel le bloc se sert d’une puissance douce. Le site du Parlement décrit le rôle de l’Union en matière de politique sportive comme un rôle de conseil uniquement.

Deux des domaines dans lesquels l’UE souhaite influencer les politiques sont les questions de dopage et de trucage des matchs. Mais même pour cela, elle doit se reporter à l’autorité de chaque organe national de règlementation du sport.

Bien entendu, la question du drapeau de l’UE et de son rôle n’a rien de nouveau. Les tentatives échouées de lancer une constitution européenne, rejetée par les Français et les Néerlandais en 2005, incluaient le drapeau ainsi qu’un hymne propre à l’UE, Ode à la joie. Les traités actuels ne font aucune mention ni de l’un, ni de l’autre.

Subscribe to our newsletters

Subscribe