Dopage : Le scandale du Tour de France remue l’Europe [FR]

cyclists_race.jpg

La récente révélation de cas de dopage lors du Tour de France a incité le Conseil de l’Europe à encourager le déploiement d’efforts afin d’empêcher la tricherie. Une conférence paneuropéenne sur la lutte contre le dopage se tiendra à l’automne 2007.

Le secrétaire général du Conseil de l’Europe, Terry Davis, a déclaré le 26 juillet 2007 : « J’espère que les évènements déplorables autour du Tour de France encourageront chacun à redoubler d’efforts afin d’mpêcher la tricherie et promouvoir une compétition saine, régulière et éthique » et a ajouté que la convention anti-dopage du Conseil de l’Europe était « un modèle pour la promotion mondiale du franc-jeu et de la pratique saine du sport ».

Les cas de dopage au cours du Tour de France 2007 a également attiré l’attention de l’Agence mondiale antidopage (AMA), qui a proposé d’organiser un sommet de haut niveau entre toutes les parties impliquées dans le cyclisme afin d’avoir une discussion approfondie sur la manière de résoudre le problème.

Le président de l’AMA, Richard W. Pound, a déclaré le 26 juillet 2007 : « Même les récentes initiatives prises par les autorités du cyclisme, telles que la déclaration contre le dopage et une pression accrue, ne suffisent manifestement pas à dissuader certains coureurs de tricher. Nous devons tenir cette réunion rapidement pour voir quelles mesures supplémentaires peuvent être prises pour restaurer la crédibilité et l’intégrité du cyclisme ».

Le renforcement de la politique et des instruments de lutte contre le dopage de l’UE figure au rang des priorités de l’agenda de la présidence portugaise. En vue de préparer la Conférence mondiale antidopage en novembre 2007, la présidence devrait organiser une conférence paneuropéenne sur la question à Lisbonne le 24 octobre 2007. 

Le 12 mars 2007, les ministres des sports se sont mis d’accord sur une initiative de la présidence allemande visant à établir un réseau d’organisations nationales antidopage (ONAD) au sein de l’UE et un groupe de travail de directeurs européens du sport devrait élaborer une position européenne commune sur le code mondial antidopage.

Le Livre blanc de la Commission récemment publié souligne également la nécessité de coopérer dans la lutte contre ce problème et indique : « Au niveau européen, la lutte contre le dopage doit intégrer des mesures visant à assurer le respect de la législation et une dimension sanitaire et préventive ».

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER