L’Europe du sud profite de la reprise du tourisme

Touristes devant l'Alhambra de Grenade en Andalousie, Espagne [Driek/Flick]

L'Alhambra est un haut lieu touristique de l'Espagne [Driek/Flick]

Les derniers chiffres du tourisme au sein de l’Union européenne montrent une nette embellie depuis 2010, selon un rapport du Parlement européen. Les pays du sud de l’Europe en tirent particulièrement profit.

L’Europe est restée la région la plus visitée au monde en 2013, selon l’Organisation mondiale du tourisme. Le secteur du tourisme, qui représente environ 10 millions d’emplois sur le Vieux Continent, est en excellente santé, et la fréquentation internationale a progressé de 5 % en moyenne jusqu’au mois d’avril dernier.

Une économie en pleine reprise

Une étude publiée par la European Travel Commission (ETC), une organisation qui représente les intérêts de l’industrie du secteur touristique, montre que les pays scandinaves connaissent une très forte progression du nombre de touristes (12 % pour la Suède, 10 % pour le Danemark).

Mais l’Europe du Sud tire également son épingle du jeu avec une croissance qui a atteint 8 % l’année dernière, alors que la moyenne européenne s’élevait à 5 % ces cinq dernières années.

Or, ce sont précisément dans ces pays, notamment l’Espagne, la Grèce, ou encore le Portugal, que le secteur du tourisme représente plus de 6 % des emplois, soit le taux le plus élevé en Europe, révèle de son côté une étude du Parlement européen rendue publique en juillet 2014.

Les raisons d’un regain d’activité

Le secteur du tourisme au niveau mondial a été frappé de plein fouet par la crise de 2008. « Le secteur [du tourisme] a commencé à reprendre seulement des couleurs en 2010 en Europe, ce qui est bien plus tardif que n’importe quelle autre région du monde » indique à EURACTIV Valeria Croce, chef du département recherche et développement auprès de l’ETC.

À partir de 2010, malgré l’entrée en éruption du volcan islandais Eyjaföll qui a fortement perturbé les flux aériens en Europe, le taux de remplissage des hôtels et auberges avait regagné les niveaux précédents la crise dans la plupart des pays européens.

D’après les auteurs du rapport de l’ETC, l’essor du secteur touristique européen est  en partie porté au niveau international par la reprise économique aux États-Unis, à l’origine d’un redéploiement du tourisme américain en Europe. La Chine contribue également à cette tendance, grâce à sa classe moyenne en constante augmentation.

Tourisme intra-européen 

Au niveau européen, les touristes allemands,  après avoir un temps jeté leur dévolu sur les pays d’Europe centrale et orientale, recommencent à passer leurs vacances dans les pays méditerranéens. Les touristes britanniques et français reviennent aussi dans la ceinture méditerranéenne.

« Aussi, en parallèle de la crise, les évènements liés au printemps arabe ont dévié le tourisme des pays nord-africains [concurrent direct dans le secteur du tourisme de masse] vers les pays méditerranéens, tels que l’Italie, la Grèce, et l’Espagne » précise Valeria Croce.

Le tourisme de luxe à la rescousse

Les pays du sud diversifient également leur secteur touristique sur le court et moyen terme, à la fois dans le tourisme de masse traditionnel et plus récemment dans le tourisme haut de gamme, voire de luxe.

« L’Espagne investit actuellement dans des produits dédiés au tourisme haut de gamme. Néanmoins, l’économie touristique du pays reste portée avant tout par le tourisme de masse, même si la Turquie devient un concurrent majeur et cherche à attirer [ce type de vacanciers] », explique la chercheuse.

Le secteur du tourisme en Grèce connaît également un fort regain et cible, à l’instar de la péninsule ibérique, le tourisme haut de gamme. Ainsi, l’ancien aéroport international d’Athènes, à l’abandon depuis 13 ans, a été racheté par la holding Lamba Development pour en faire le plus grand complexe touristique haut de gamme d’Europe du Sud.

« C’est un projet, qui va positionner la Grèce sur la carte du tourisme mondial, car il sera polyvalent […] Nous allons construire le plus grand et le plus moderne des aquariums en Europe, avec un musée de la vie maritime, un des plus grands parcs en Europe et au moins une tour d’habitations qui sera la plus haute de la Méditerranée », s’enthousiasme Odisseas Athanassiou, PDG de la holding.

Le tourisme alternatif

En parallèle aux politiques nationales qui cherchent à structurer le secteur, une autre forme de tourisme émerge spontanément et profite aux économies : le tourisme alternatif, notamment via la location de particulier à particulier sur des plateformes communautaires en ligne telles qu’Airbnb. Ce type d’activité permet à de nombreux résidents d’arrondir leur fin de mois et d’assurer leur subsistance.

>>Lire : Crise et concurrence fiscale en Europe, clés du succès d’Airbnb

« Il s’agit d’un secteur d’activités informel qui est un moteur pour l’innovation et qui force les entreprises à être plus compétitives », indique Valeria Croce. « Le problème cependant est la question d’une concurrence juste. Il n’y a pas de cadre légal qui régisse ces activités informelles. […] Tant qu’ils ne seront pas imposés sur leurs activités, il y aura une distorsion de la concurrence », prévient-elle.

En 2008, la crise a frappé le secteur du tourisme au niveau mondial et européen. Le secteur en Europe a néanmoins repris pied dès 2010 et connaît depuis lors une forte progression, à raison d’une croissance de 5 % par an en moyenne.

Le Vieux Continent reste la région la plus visitée du monde. En 2012, plus de 200 millions de citoyens européens ont voyagé dans un autre État membre de l’UE.

Le secteur du tourisme représentait en 2013 près de 10 millions d’emplois, soit 4 % du bassin d’emploi total en Europe. Parmi les pays qui tirent profit de ce regain, on retrouve les pays scandinaves, notamment la Suède et le Danemark d’une part, et les pays du Sud, dont notamment l’Espagne, d’autre part.

Les pays méditerranéens mettent en place une stratégie de développement du secteur en soutenant le tourisme traditionnel de masse, mais aussi en développant des secteurs d’activités destinés au tourisme haut de gamme. En parallèle, l’économie touristique est également portée et dynamisée par le tourisme alternatif.

Institutions européennes

Organisations et société civile

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer