Les législateurs européens barrent la route aux méga-camions

12669783163_1255ddfa9c_z.jpg [Richard Clark (Digimist) / Flickr]

Le Parlement européen a approuvé le 10 mars de nouvelles règles pour des camions plus aérodynamiques, moins dangereux et moins polluants. Mais il a refusé l’arrivée de véhicules surdimensionnés.

La directive poids-lourds, qui a été adoptée au Parlement européen, entraînera un certain nombre de changements pour le transport routier. Notamment sur le design des camions. A partir de 2022, ces nouveaux véhicules devront comprendre des cabines de conduite plus rondes et des ailerons aérodynamiques à l’arrière du véhicule. De tels changements permettront aux conducteurs de repérer plus facilement les vélos ou les motos sur la route et donc de réduire le risque d’accident.

Négociations de longue haleine

Le vote du Parlement fait suite à de longues négociations avec le Conseil des ministres. Les négociateurs ne sont pas parvenus à s’accorder sur la date à partir de laquelle ces nouveaux schémas de conception seront obligatoires.

Alors que les eurodéputés ont soutenu la proposition de la Commission européenne d’obliger les fabricants à utiliser de nouveaux schémas de conception à partir de 2017, le Conseil l’a rejetée, appelant à repousser cette échéance à 2025.

Il semblerait que les États membres, notamment la France et la Suède, se soient opposés à une mise en place rapide, craignant la concurrence accrue des fabricants étrangers. Ces deux pays abritent les plus grands producteurs de camions au monde.

Un accord avait été négocié en décembre dernier lorsque l’Italie présidait le Conseil de l’UE, établissant 2022 comme date butoir, malgré les pressions émanant des eurodéputés et des défenseurs de l’environnement pour que la loi entre en vigueur plus tôt.

Pas de méga-camions

L’expérimentation transfrontalière de méga-camions a également suscité la controverse et retardé l’accord des institutions de l’UE. Pour l’instant, les camions de plus de 18,75 mètres de longueur et de 40 tonnes ne peuvent donc être expérimentés qu’à échelle nationale.

Une disposition dans la nouvelle directive était censée autoriser ces méga-camions à traverser les frontières, mais elle a été bloquée par le Parlement et le Conseil, qui considéraient tous deux ces expérimentations trop dangereuses. Les deux organes de l’UE ont demandé à la Commission d’évaluer leur impact avant d’approuver une telle loi.

La nouvelle loi doit encore être officiellement approuvée par le Conseil avant d’entrer en vigueur. La réunion des ministres européens du Transport aura lieu en juin.

Les États membres ont jusqu’à 2019 pour transposer les règles de l’UE dans leur législation nationale. 

Renaud Muselier, eurodéputé, s’est réjoui du vote au Parlement européen sur la nouvelle directive poids et dimensions des camions: « c’est une excellente nouvelle, tout particulièrement pour l’emploi. Nous nous sommes battus pour l’introduction d’un délai suffisant pour que tous les industriels aient le temps de se préparer à l’intégration de ces nouvelles normes. Nous préservons ainsi une compétition juste entre constructeurs et défendons des emplois industriels d’importance partout en France ».

Pour Karima Delli, députée européenne, porte-parole des Verts au sein de la commission transport: « Malheureusement, ce nouveau texte ne signe pas la fin des méga-camions ou « gigaliners » comme nous l’aurions souhaité car les États gardent le droit de déroger aux 40 tonnes sur leur territoire. De plus, plusieurs États partageant une frontière se sont permis d'autoriser la circulation de « gigaliners » entre leurs territoires par le biais d'accords bilatéraux avec l'aval du Commissaire. Cela constitue de fait une entrave au principe d’interdiction pour les véhicules de plus de 40 tonnes de passer d’un pays à un autre.

Bien que le texte réaffirme ce principe, nous ne pouvons donc pas crier victoire. En revanche, nous pouvons nous satisfaire des dispositions qui visent à renforcer la sécurité des usagers et les conditions de vie des travailleurs de la route. Cette directive assure aussi un meilleur contrôle des poids lourds par une généralisation du système de boites de contrôle encore trop peu rependu en Europe »

L’eurodéputé Ismail Ertug, porte-parole S&D pour le transport au Parlement européen regrette « que le Conseil ait insisté pour repousser la mise en place de ces nouvelles cabines à 2020 pour des raisons purement économiques. Ces nouvelles cabines de conduite auront un impact considérable sur la « vision zéro victime de la route » que veut atteindre l’UE d’ici 2050. Au moins, nous avons réussi à contrebalancer les lobbys qui voulaient retarder encore davantage l’application de ces nouvelles règles !

La directive de l'UE « poids et dimensions » des poids lourds a été révisée en 1996 mais ses dispositions datent des années 1980.

Elle impose des règles aux poids lourds pour des raisons de sécurité routière.

Les nouvelles propositions sont issues d'une révision de la directive par la Commission européenne, comme cela était prévu par le Livre blanc sur le transport de 2011.

Les règles devraient être adaptées pour faciliter l'introduction de véhicules plus aérodynamiques qui limitent les émissions de C02 et l'utilisation d'énergie et reflètent mieux les nouvelles normes de transport intermodal. 

  • Printemps 2015 : Le Conseil doit officiellement adopter les nouvelles règles
  • 2019 : Date à laquelle les États membres doivent transposer les nouvelles règles dans leur législation
  • 2022 : Les nouveaux schémas de conception des camions deviennent obligatoires

Subscribe to our newsletters

Subscribe